Colorado provençal, site insolite

Colorado provençal, site insolite

« Le Colorado provençal » ou « ocre de Rustre » dans le département du Vaucluse. Ce site constitué de sable de couleur ocre est extraordinaire.

Bonjour à tous, 

Cela fait un petit moment que je n’ai pas partagé avec vous quelques photos. Mais la raison est simple, je n’en ai guère pris ces derniers temps 😉 .

Toutefois la semaine dernière, j’ai fait un petit détour par le Lubéron, curieux de connaitre ce fameux canyon provençal. Vous me direz qui dit Provence pense aux incontournables champs de lavandes au coucher ou lever du soleil. Et bien, étant donné que je n’étais là que pour une petite journée, j’ai dû sacrifier la lavande pour un petit dépaysement au « Colorado ».

Avant de vous dévoiler les images prises lors de ma visite du site, je voulais partager avec vous une image avec une vision un peu différente de ce que je produis habituellement.

Une fois n’est pas coutume, j’ai souhaité donner une nouvelle ambiance sur une prise de vue qui s’y prêtait assez bien. On aime ou on n’aime pas… Je vous laisse apprécier 😉 .  N’hésitez pas à me faire part de vos impressions.

 

Je vous invite à parcourir la galerie de photos réalisées sur une partie seulement du site du Colorado provençal. Je m’attarderai plus longuement à ma prochaine visite dans le sud de la France parce-que je sais qu’il me réserve encore de belles surprises. J’espère que la visite vous plaira…

A bientôt 😉

Beauté éphémère: le Coquelicot

Beauté éphémère: le Coquelicot

Dans les précédents articles je partageais mes captures de l’épine noire, une fleur qui annonce le printemps «  les couleurs du printemps ou presque ». Si toutefois vous l’avez manqué n’hésitez pas à le consulter. Je l’avais mise en valeur avec une vision particulière,  plus vintage. Par la suite je vous faisais découvrir  une MERVEILLE de la nature au printemps: « la forêt de Jacinthes » en Belgique.

Donc je poursuis et mets à l’honneur le coquelicot cette magnifique fleur des champs.

Le coquelicot 

Si l’épine noire annonce le printemps, le coquelicot annonce les beaux jours de l’été. Un retour timide depuis 3 ans dans mon département.

∼Beauté éphémère∼

Symbole du bonheur et de la vie, délicate et éphémère, de sa belle robe sang, elle peuple nos champs de céréales et nous accompagne sur les sentiers de randonnée.

 

De la famille des Papaveraceae, sa floraison est de mai à septembre. Elle égaye de son tapis rouge écarlate, nos vertes campagnes. On la retrouve généralement sur des terres calcaires fraîchement remuées au printemps, sur les talus et sur les terres agricoles qui n’ont subis aucun traitement ( herbicides). En effet, le coquelicot ne souffre pas du manque d’eau et n’a pas d’exigence particulière pour germer.

Pour la petite histoire…

L’histoire dit que lors de la première guerre mondiale aucune fleur ne poussait dans les champs. Aucune sauf le coquelicot  qui se mettait à fleurir devant le regard des soldats britanniques qui ont sacrifié leur vie. Le sang des soldats? En hommage à ces hommes mort aux combats, les Britanniques portent à leur boutonnière chaque année un coquelicot en papier le jour du souvenir. Le dimanche avant le 11 novembre.

J’aime cette période de l’année.

Fragile, le coquelicot n’aime pas se faire cueillir par conséquent, inutile de penser à réaliser un bouquet, il n’arrivera pas jusqu’à votre vase 😉

En outre, vous le saviez sûrement, cette plante cousin du pavot  a des vertus médicinales. Les pétales renferment des alcaloïdes qui ont des effets remarquables contre les troubles du sommeil. Elle a longtemps été utilisée chez l’adulte et l’enfant. Alors! une petite infusion pour se détendre?…

Paintography: essai

Pour cette dernière image, j’ai ajouté un effet « paintography » que j’ai découvert  sur le site de  Philippe Sainte-Laudy, un photographe pro de paysages. Si vous aimez rêver un peu… n’hésitez pas une seconde.

Bien que ces fleurs soient présentes un peu partout  prêt de chez moi, j’aurai aimé cette année m’émerveiller devant un champ de ces beaux pavots. Peut-être est-ce trop tôt encore ou dois-je aller plus loin pour en profiter…?

Déambulation en forêt de Hal

Déambulation en forêt de Hal

La forêt de Hal

ou « la forêt enchantée », dévoile ses secrets l’espace de quelques semaines

En ce matin de printemps, je me dirige en Belgique admirer un phénomène éphémère en forêt: une mer bleue de jacinthe.

En effet, cette Forêt de hêtres majestueux et centenaires, tire le meilleur dès le mois d’avril. A cette période les arbres n’ont pas encore toutes leurs feuilles et laissent facilement s’infiltrer la lumière du soleil qui arrose les sols. Les fleurs peuvent ainsi sortir et s ‘épanouir dans ces 555 hectares de forêt qui se parent de ces plus belles couleurs. Tapis d’anémones dans un premier temps, suivie de jacinthes par millions. C’est un spectacle merveilleux et féerique.

Admirer, mais ne pas piétiner.

La forêt de Hal semble avoir longtemps gardée son secret. A ce jour, une foule de touristes et photographes viennent admirer le phénomène. La commune a du prendre des mesures afin de protéger ce biotope exceptionnel. Des parking, bus gratuits et surtout des sentiers balisés limitant l’accès aux jardins fleuris ont été aménagés. A nous de respecter ces lieux et ne pas piétiner ces fleurs si l’on veut préserver pour longtemps cette espace enchanteur.

 

Hêtres

J’avais mal préparé ma sortie photo. Je suis donc arrivé trop tard pour profiter du lever du soleil…ma priorité généralement. Toutefois, je n’ai pas fait demi-tour pour autant, je me suis vite consolé en découvrant ce paysage 🙂 .

 

 

J’aime cette période de la saison où les feuilles des arbres ont encore une belle couleur vert pomme.

 

S'étendre

 

Elegance

 

Depuis mon plus jeune âge les forêts me fascinent et je les crains en même temps. Je me souviens que mes balades en sous-bois se faisaient à reculons 😉 . Ils semblent garder des secrets et des mystères. C’est peut-être cela qui m’attire, percer ces secrets…Ce fût une véritable surprise, je regrette toutefois de ne pas être arrivé plus tôt.

A bientôt

Les couleurs du printemps ou presque

Les couleurs du printemps ou presque

L’hiver s’en est allé, chassé par la venue du printemps.(MAJ)

Les couleurs du printemps sont là: bouton d’or, orchis, bleuets, géranium, anémones. Il est le signe de journées plus chaudes et plus ensoleillées, ravive les coeurs et nous rend plus optimiste. Il nous incite à sortir promener ou à se poser dans les parc fleuris ou en forêt.

J’en ai profité aussi, pour sortir mon nouvel objectif macro: le 180mn/2,8 pour le tester en nature (pas si évident que cela avec un plein format).

Les couleurs du printemps, l’épine noire

Symbole de la terre vierge

Ces fleurs de buissons denses et impénétrables « des prunelliers » ou « épines noires » bordent nos routes et sentiers. Arbuste de la famille des rosaceae, il convient très bien comme haie sauvage avec ces belles fleurs blanches. Le prunellier servait autrefois de protection aux arbres nouvellement plantés, afin d’éviter d’être piétiné par les animaux. Leurs floraison de mars à avril, annonce le retour du printemps et l’éveil des abeilles endormies durant l’hiver qui vont ainsi profiter de leurs premières récoltes de nectar.

Version personnelle vintage

En ce moment je suis un peu dans la photo vintage et lorsque j’ai appris le nom de cette arbuste ou haie « épine noire« , j’ai souhaité donner une autre ambiance à mes captures. J’ai photographié cette fleur un peu sous tous les angles.  Pas toujours évident d’isoler une seule fleur puisqu’elle se présente sur une branche en « touffe ». Mais finalement l’effet est intéressant. Qu’en pensez-vous 🙂 ?

 

Merci d’avoir pris le temps de lire ce post et je vous retrouve pour un prochain article en sous bois, une magnifique découverte. Mais en attendant ,vous pouvez si vous le souhaitez laisser un commentaire.