Dans les précédents articles je partageais mes captures de l’épine noire, une fleur qui annonce le printemps «  les couleurs du printemps ou presque ». Si toutefois vous l’avez manqué n’hésitez pas à le consulter. Je l’avais mise en valeur avec une vision particulière,  plus vintage. Par la suite je vous faisais découvrir  une MERVEILLE de la nature au printemps: « la forêt de Jacinthes » en Belgique.

Donc je poursuis et mets à l’honneur le coquelicot cette magnifique fleur des champs.

Le coquelicot 

Si l’épine noire annonce le printemps, le coquelicot annonce les beaux jours de l’été. Un retour timide depuis 3 ans dans mon département.

∼Beauté éphémère∼

Symbole du bonheur et de la vie, délicate et éphémère, de sa belle robe sang, elle peuple nos champs de céréales et nous accompagne sur les sentiers de randonnée.

 

De la famille des Papaveraceae, sa floraison est de mai à septembre. Elle égaye de son tapis rouge écarlate, nos vertes campagnes. On la retrouve généralement sur des terres calcaires fraîchement remuées au printemps, sur les talus et sur les terres agricoles qui n’ont subis aucun traitement ( herbicides). En effet, le coquelicot ne souffre pas du manque d’eau et n’a pas d’exigence particulière pour germer.

Pour la petite histoire…

L’histoire dit que lors de la première guerre mondiale aucune fleur ne poussait dans les champs. Aucune sauf le coquelicot  qui se mettait à fleurir devant le regard des soldats britanniques qui ont sacrifié leur vie. Le sang des soldats? En hommage à ces hommes mort aux combats, les Britanniques portent à leur boutonnière chaque année un coquelicot en papier le jour du souvenir. Le dimanche avant le 11 novembre.

J’aime cette période de l’année.

Fragile, le coquelicot n’aime pas se faire cueillir par conséquent, inutile de penser à réaliser un bouquet, il n’arrivera pas jusqu’à votre vase 😉

En outre, vous le saviez sûrement, cette plante cousin du pavot  a des vertus médicinales. Les pétales renferment des alcaloïdes qui ont des effets remarquables contre les troubles du sommeil. Elle a longtemps été utilisée chez l’adulte et l’enfant. Alors! une petite infusion pour se détendre?…

Paintography: essai

Pour cette dernière image, j’ai ajouté un effet « paintography » que j’ai découvert  sur le site de  Philippe Sainte-Laudy, un photographe pro de paysages. Si vous aimez rêver un peu… n’hésitez pas une seconde.

Bien que ces fleurs soient présentes un peu partout  prêt de chez moi, j’aurai aimé cette année m’émerveiller devant un champ de ces beaux pavots. Peut-être est-ce trop tôt encore ou dois-je aller plus loin pour en profiter…?

%d blogueurs aiment cette page :